Ranger : Patrick Sadiki

Dans le cadre de sa lutte anti captivité des animaux sauvages au sein de zoos et delphinariums, l'association Wolf Eyes met l'accent sur des personnes qui offrent leur vie pour cette cause. Qu'ils ou elles soient président.es d'associations, rangers, ancien.nes soigneurs.euses, scientifiques etc...

 

Nous réaliserons un article sur bon nombre d’activistes via des questionnaire que nous leur soumettrons et auxquels, lorsqu’ils ou elles disposent de temps , ielles répondront.
Les prisons pour animaux aiment leurrer les personnes avec des pseudos soutiens aux ONG travaillant sur le terrain. Premièrement, on ne voit jamais les sommes allouées. De plus, ce sont principalement des ONG qui donnent un retour aux zoos, soit par de la publicité ou en vantant le bien fondé de la captivité, comme par exemple La Polar Bear International.

 

Chez Wolf Eyes, nous préférons mettre en avant des activistes qui font réellement avancer la cause et qui ont besoin de soutien. Celui que nous avons choisi pour ce premier article est Patrick Sadiki, rangers en République démocratique du Congo dans le parc du Virunga. 

Interview de Patrick Sadiki gardien des gorilles orphelins et du parc national du Virunga, République démocratique du Congo.

Qu'est-ce qui vous a donné envie de vous battre pour les droits des animaux ?

 

Au départ je suis garde forestier, c’est cela mon métier.Mais je me suis vite rendu compteque si on ne se bat pas pour sauvegarder les gorilles au parc du Virunga, ils vont vite disparaitre.J’ai donc décidé d’être leur gardien.Je m’occupe des gorilles orphelins au centre Senkwekwe

Pourriez-vous nous décrire une de vos journées ?

Je me lève à 6h00 et je prépare du thé vert mélangé à du miel pour donner aux gorilles.

Vers 08h00, ils mangent une bouillie faite à base de lait.

A 10h00, ils ont du fourrage avec du céleri sauvage.

Pour le midi, ils ont droit aux fruits et légumes : oranges, maracujas, bananes mures mais aussi carottes, poireaux et concombres ainsi que de l’eau.

On passe du temps avec eux, on les distrait, on marche avec eux et on les câline. Ils sont en liberté dans le grand enclos et s’amusent dans le dessus des arbres.

 Mais nous sommes aussi là pour les protéger.  Nous possédons une arme.  Heureusement nous n’avons pas trop besoin de nous en servir mais ça peut arriver et nous devons être prêts.  Nous sommes là pour les gorilles.

Le vétérinaire du sanctuaire est présent pour les bobos et pour les soins.

 Vers 16h00, nous rentrons les gorilles dans les cages dans la maison.

De quel genre d’aide avez-vous  le plus besoin ?

Nous  avons principalement besoin de fonds.  L’argent est malheureusement toujours ce qui manque le plus

 

 

Comment les pays étrangers peuvent au mieux vous aider ?

En faisant des dons bien sûr mais aussi en parlant de nous, de notre travail à travers le monde entier. Il faut que l’on sache partout le travail qui est fait au parc du Virunga.

Comment espérez-vous voir évoluer la protection des gorilles ?

 

Pour ma part, je continuerais mon métier jusqu’à la fin de ma carrière, je ne veux pas faire autre chose. Mais beaucoup ne savent pas ce que je fais dans mon métier. Peu de visiteurs viennent me parler et me demander ce que je fais avec les gorilles.

 

Pour aider les gorilles orphelins et leurs gardiens vous pouvez faire un don via le site du parc du Virunga :

https://virunga.org/fr/wildlife/primates/mountain-gorillas/gorilla-orphans/

N’hésitez pas à suivre le blog de Patrick Sadiki pour mieux connaitre le travail des gardiens :

 

https://www.facebook.com/Patrick-Senkwekwe-Gorilla-Protector-101099561622932

Wolf Eyes ASBL

N° d'entreprise : 833-801-607

N° de compte :  BE73 0016 3694 8960 (BIC : GEBABEBB)